Le rap français clame souvent son amour pour la série Gomorra à travers d’innombrables hommages et références.

Gomorra inspire le rap français

On se souvient tous du retour de Lacrim en 2021 avec le titre « L’immortale ». Le clip tourné à La Scampia, célèbre quartier de Naples connu pour être l’un des plus dangereux au monde.

Le dernier album de Jul « Cœur blanc » a été récemment certifié disque de platine. Sur cet album de 40 morceaux, le J a invité de nombreux rappeurs de tous horizons. Parmi eux, il y a évidemment des Français, mais aussi des Espagnols, des Anglais et des Italiens, beaucoup d’Italiens ! Il s’agit d’ailleurs de la nationalité la plus représentée dans ses collaborations.

Pour revenir à La Scampia, ce quartier doit aussi sa renommée à la série « Gomorra ». Lacrim s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet au micro de l’émission « Le Code » avec Mehdi Maïzi : « Je me sens très proche de l’Italie, depuis toujours. J’aime son côté populaire, son côté “village” que je retrouve aussi dans beaucoup de cités françaises. Il y a une vraie solidarité ».

Ces dernières années, on ne compte plus les références aux nombreuses marques de luxe du pays. « Je t’aimais, c’est du passé. Je vais me consoler chez Versace » rappe Booba dans « Validée ».

Côté sport, on remarque aussi énormément de références aux joueurs italiens dans le rap français. « Je reste au club comme Totti. Tous les chemins mènent à Roma » rappe Alonzo dans « Véritable ».

De même pour toutes les œuvres culturelles autour de la mafia italienne qui continuent d’inspirer les rappeurs français. Souvent cités, leurs personnages issus du monde du crime organisé figurent parmi les références préférées des rappeurs.

À lire aussi :  Alicia Keys chante « Djadja » sur scène avec Aya Nakamura

Cependant, la série « Gomorra » inspirée du livre du même nom tire son épingle du jeu et a été saluée par la critique. La série met en scène deux familles de la mafia napolitaines qui s’affrontent pour contrôler la ville. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si Lacrim a filmé « L’immortale » à La Scampia à Naples.

Le groupe PNL avait choisi aussi le même endroit pour le visuel du titre « Le monde ou rien ». La même année, SCH clippait le titre « Gomorra » dans le même quartier. Lieu très dangereux, mais extrêmement symbolique où a été tournée la série. Depuis, les références à « Gomorra » se sont multipliées dans les textes des rappeurs français.

Le rap français séduit les rappeurs italiens

L’influence de l’Italie sur le rap français n’est pas à sens unique. Dans une interview avec Raplume, le rappeur italien Sfera Ebbasta (qui a déjà collaboré avec SCH, Lacrim et Booba) a déclaré qu’il aimait beaucoup le rap français.

« Je pense que la France et l’Italie sont comme des cousins. Le hip-hop français influence le hip-hop italien et la culture italienne influence le rap français. Nous sommes liés », a-t-il déclaré.

Il a également fait l’éloge du Duc de Boulogne : « Booba est une légende dans toute l’Europe, pas seulement en France. Si tu es un artiste hip-hop et que tu viens d’Europe, que tu es né dans les vingt dernières années, c’est obligatoirement une légende. No cap ».

Les artistes français et italiens se mélangent de plus en plus et c’est ainsi que de nombreuses connexions ont été établies ces dernières années entre les rappeurs deux pays.

À lire aussi :  Kaaris accusé d’« abandon de famille » par son ex-compagne

Il y a différents rappeurs sur l’album « Cœur blanc » de Jul. Sans oublier les featurings de Capo Plaza avec plusieurs figures importantes du rap français, comme Leto sur le titre « Air Force », Ninho sur le morceau « Billets » ou le couplet de Koba LaD dans « Paranoie ».

Les relations musicales entre le rap français et le rap italien sont donc au beau fixe pour le grand bonheur des amateurs de cette culture qui sont toujours friands de nouvelles collaborations.