Soolking a performé au mythique Apollo Theatre d’Harlem

Alors que son dernier tube d’inspiration merengue, « Suavemente », est à nouveau en tête des charts en France, le chanteur et rappeur algérien Soolking parcourt l’Amérique du Nord pour conquérir un nouveau public. Après des années de succès des deux côtés de la Méditerranée, il est temps de traverser l’Atlantique et de s’essayer dans des lieux comme l’Apollo Theater à New York.

« Je ne pensais pas qu’un jour dans ma vie, j’allais venir chanter ici. Là, je suis là et franchement, je kiffe », a déclaré Soolking à l’AFP dans une interview dans les coulisses de la salle mythique. Le rappeur natif de la banlieue d’Alger était programmé le vendredi 13 mai dernier à l’Appolo Theater suivant ainsi les pas des plus grandes légendes de la musique américaine : Billie Holiday, Aretha Franklin et James Brown. « C’est une salle mythique comme nous à Paris, l’Olympia. Il y a eu beaucoup d’artistes légendaires qui [y] ont performé. Donc c’est un honneur pour moi et c’est cool. Je suis content » a savouré l’artiste.

À 32 ans, le natif de la banlieue d’Alger continue d’ignorer les frontières, son nom d’artiste vient d’un personnage de la série manga « One Piece », l’artiste a connu le succès en 2018 suite au Freestyle du titre « Guerrilla » à Skyrock, un titre inspiré de sa période sans-papiers.

À lire aussi :  Booba atomise Maeva Ghennam méconnaissable sans chirurgie

Fort de deux albums et de plusieurs tubes, dont « La Liberté », l’un des hymnes des rues de l’Algérie contre le pouvoir en place, Soolking a franchi une nouvelle étape ce printemps avec une tournée nord-américaine passant ainsi de Montréal à Chicago et de New-York à Washington.

Soolking représente l’Algérie

« Peu importe le pays où on m’écoute », souligne le rappeur aux multiples inspirations, entre hip-hop, raï et musique latino, et qui veut d’abord « retrouver des êtres humains, car la musique, c’est avant tout des sentiments. Dans mon pays d’origine, certaines personnes m’écoutent et d’autres non. ».

Soolking semblait jouer à domicile devant une foule de fans, chantant et agitant le drapeau Algérien au théâtre Apollo « C’est juste génial de voir quelqu’un de notre pays avoir son nom en lumière à New York », s’est enthousiasmée Sarah Hammadi, 26 ans, arrivée avec trois cousins ​​du New Jersey. « C’est incroyable, il représente l’Algérie », a-t-elle applaudi.

Une de ses cousines, Delia, 18 ans, sentait qu’elle « rentrait à la maison ». « C’est tellement une icône dans notre pays (…). Ça fait chaud au cœur », a-t-elle déclaré.

À lire aussi :  Médine traduit en justice le vice-président du parti d’Éric Zemmour

L’artiste algérien se prépare d’ailleurs à la sortie de son nouvel opus « Sans Visa » le 27 mai prochain et ira le défendre lors d’une semaine qui lui sera dédiée dans les locaux de Skyrock. Raouf a la recette des tubes de l’été, nul doute que ce nouveau projet fera parler de lui au courant de la saison estivale.