Kaaris s’ajoute à la liste des rappeurs français dont les concerts sont annulés. Après la controverse entourant Booba et l’annulation du spectacle de Ninho, c’est maintenant au tour de K2A d’être interdit de se produire au Maroc. Le boycott se poursuit.

Le rap français connaît actuellement des difficultés au Royaume chérifien, notamment en raison des polémiques entourant certains artistes accusés de manquer de respect envers le pays et ses habitants.

Cette situation a récemment conduit à l’émission d’une pétition visant à empêcher la venue de Booba à Casablanca, entraînant ainsi l’annulation de son concert par les autorités. Cette mesure a été perçue comme une réponse aux préoccupations exprimées par une partie du public.

Kaaris et Ninho : tensions et annulations de concerts au Maroc

Dans la lignée de cette controverse, Ninho a également été confronté à l’annulation de son spectacle prévu le samedi 24 juin. Cette décision souligne le climat tendu qui règne actuellement autour des artistes français au Maghreb. Les autorités marocaines semblent adopter une position ferme face aux artistes dont les comportements ou les paroles sont considérés comme irrespectueux envers le pays ou sa culture.

Riska était également prévu pour se produire lors d’un showcase le 24 juin au Bling Bling Luxury Club à Tanger. Cependant, l’artiste a été confronté à la résistance du public en raison de certaines de ses paroles passées. En 2019, deux de ses concerts, initialement prévus à Marrakech et à Tanger, avaient été annulés suite à la découverte d’une ancienne chanson de Zongo le Dozo datant de 2010, où des paroles offensantes à l’égard du Royaume chérifien avaient été prononcées.

À lire aussi :  Koba LaD s’en prend à Bolemvn et au Seven Binks

Kaaris face à la polémique : Respect et vigilance du public marocain

Ces paroles controversées, qui incluaient des termes irrespectueux envers les Marocains, ont suscité l’indignation et le mécontentement du public. Les autorités marocaines avaient pris des mesures suite à cette polémique, conduisant à l’annulation des concerts de Riska à l’époque.

Aujourd’hui, avec la résurgence de cette affaire et la mobilisation de plusieurs organisations et mouvements sur les réseaux sociaux, Riska se voit à nouveau confronté à des restrictions et ne pourra donc plus se produire à Tanger.

Cette situation souligne l’importance du respect mutuel et de la compréhension entre les artistes et leur public, ainsi que la vigilance croissante du public marocain envers les paroles considérées comme irrespectueuses envers le pays et ses habitants. Elle met également en évidence la nécessité d’un dialogue ouvert et d’une prise de conscience des sensibilités culturelles pour éviter de telles controverses et préserver l’harmonie artistique.

Restez connecté pour suivre les dernières actualités et les développements de cette controverse autour des artistes français au Maghreb.