Freeze Corleone se fait annuler son concert à Montréal pour antisémitisme.

En effet, on pensait que la polémique à la sortie de son album « La Menace Fontôme » en septembre 2020 était de l’histoire ancienne, mais le rappeur du 667 vient d’être rattrapé par cette controverse.

Pourquoi le Freeze Corleone est-il accusé d’antisémitisme ?

Freeze Corleone s’est retrouvé il y a un peu plus de deux ans sous le coup de la censure, accusé par la LICRA et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin d’avoir tenu des propos antisémites dans ses titres.

La ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme a reproché à l’artiste de : « faire du business de son obsession des jui*s » et d’avoir des paroles : « d’antisémitisme, complotisme, apologie d’Hit*er, du IIIe Reich et du terroriste Mollah Omar ».

Universal Music France avait d’ailleurs mis fin au contrat de distribution de l’artiste et Skyrock avait également retiré ses titres des playlists de la radio. Les esprits se sont apaisés depuis et l’album « La Menace Fantôme » a obtenu la certification double disque de platine l’année dernière, soit plus de 200 000 albums vendus.

Freeze Corleone victime de la censure outre-Atlantique

La programmation du concert de Chen Zen au Québec a relancé la polémique, cette fois-ci de l’autre côté de l’atlantique. L’auteur de « Freeze Raël » était programmé pour le 4 décembre prochain à l’Olympia de Montréal. L’événement a été annulé récemment sous la pression de l’organisation « B’nai Brith » qui a condamné le rappeur pour des propos jugés antisémites.

À lire aussi :  Sinik révèle la vérité sur son port d'arme pendant son clash avec Booba

À ce sujet, les organisateurs de l’événement n’ont donné aucune raison officielle pour l’annulation du concert, le directeur général de « B’nai Brith » avait déclaré contre le rappeur : « La rhétorique de Corleone va bien au-delà des limites de l’expression artistique » l’accusant ainsi de prôner la doctrine n*zie dans ses morceaux, en plus de nier l’Holocauste.

Le manager de Freeze Corleone a réagi à cette annulation sur les réseaux sociaux : « S/O au boss de l’Olympia de Montréal qui refusait d’annuler au début, invoquant la liberté d’expression. Ça n’a pas dû être facile au niveau des pressions qu’il a reçues de sa propre communauté ».

Quoi qu’il en soit, le rappeur français n’a fait aucun commentaire sur cette affaire et a dévoilé un nouveau featuring avec 2Key sur le titre « Pour la paix ».