JoeyStarr a salué l’initiative du projet, mais a estimé que la réalisation de la série n’avait pas été confiée aux bonnes personnes sur l’histoire du hip-hop français.

Starr comme Joey, Kool comme Shen :

Le succès de la série est plutôt mitigé depuis son lancement sur Arte.tv, « Le monde de demain » n’a pas fait l’unanimité et visiblement n’aurait pas plu à JoeyStarr. Le rappeur a d’ailleurs pu s’exprimer sur la série inspirée de sa vie devant le micro de Franceinfo.

« Je respecte tout le boulot qui a été fait par les comédiens, l’équipe, tout ça. Et puis surtout le fait que ça raconte l’émergence de ce mouvement dans les années 80 et ainsi de suite. Et comment, quoi, la conjoncture, tout ça. L’idée me plaît. Après, je suis un peu moins enthousiaste quand je vois la série, en fait », a-t-il expliqué.

Joey a ajouté : « Parce que je trouve que ça ne joue pas sur la bonne note. Et je ne dis pas que les gens qui l’ont fait, les réalisateurs, sont incompétents ou quoi que ce soit, loin de là. Mais moi, ça ne me parle pas parce que je trouve ça à côté de ce que ce qui se passait vraiment ».

L’histoire est celle de l’arrivée du mouvement hip-hop à Paris et sa banlieue à travers les yeux des pionniers de cette culture en France. Andranic Manet alias « Dee Nasty », DJ connu pour ses scratchs qui a enflammé « Radio Nova » et a fait danser le club « Globo ».

Initialement breakeur, Melvin Boomer est apparu à l’écran dans le rôle de JoeyStarr, quand Anthony Bajon incarne son partenaire : Kool Shen.

À lire aussi :  Booba prêt à sortir un nouvel album : Blanco Nemesis ?

Cette minisérie de six épisodes ne se limite pas d’ailleurs à ces deux protagonistes, elle donne une réelle place à tous ceux qui ont contribué au mouvement hip-hop en Île-de-France, comme la danseuse et graffeuse Laïka Blanc-Francard alias « Lady V », ou Béatrice, manageuse de « Dee Nasty ».

JoeyStarr ne valide pas la série et préfère le film « Suprême »

Pour JoeyStarr la série ne retrace pas réellement ce qu’il a vécu, souligne-t-il sur Fanceinfo : « Ce n’est pas forcément que pour ces raisons-là, mais je ne suis pas contenté parce que je vois. Mais comme je le dis, je trouve qu’il y a un formidable boulot qui a été fait par les comédiens et ainsi de suite. Mais je trouve qu’on n’a peut-être pas mandaté les bonnes personnes pour le faire. En fait, c’est ça le truc ».

Joey avait déjà vu son histoire portée à l’écran avec le film « Suprêmes » d’Audrey Estrougo, sorti en 2021, et préfère nettement plus le film à la série : « Normalement, ç’aurait dû flatter mon ego vertigineux, voilà ! Sur le film Suprême, j’ai un autre avis. Je trouve qu’on est un peu plus exact, même si ce sont deux objets complètement différents, la série et le film. Mais je valide vachement plus ce qui se dit et ce qu’envoie “Suprême” comme message ».

JoeyStarr reste tout de même fier d’avoir été un des investigateurs de la culture hip-hop en France : « Je ne suis pas tout seul. On est plein, ce n’est pas que moi que ça doit flatter. C’est tous ces efforts qu’on a fournis. C’est un sport d’équipe, cette histoire. Donc, oui, on est tous contents que cet élan culturel, j’utilise des mots comme ça aujourd’hui ! Que toutes ces heures qu’on a passées dans les hangars, à danser, à cogiter, à mouiller le maillot, soient mises en exergue. Bien sûr que je suis très fier de ça ! ».