MHD sera bientôt fixé sur son sort alors qu’il attend de passer devant la cour d’assises de Paris pour son implication présumée dans une rixe ayant entraîné la mort d’un jeune homme en 2018.

Bien que le rappeur français ait toujours affirmé son innocence, la peine encourue en cas de condamnation est très lourde.

MHD bientôt jugé pour homicide volontaire

En été 2018, dans le 10ᵉ arrondissement de Paris, un jeune homme de 23 ans nommé Loïc a été mortellement blessé à l’arme blanche lors d’un affrontement entre bandes rivales. MHD est accusé par les enquêteurs d’avoir été impliqué dans ce meurtre intentionnel.

En janvier 2019, le rappeur français a été mis en examen et incarcéré, passant plusieurs mois en détention avant d’être libéré en juillet 2020 sous contrôle judiciaire. Depuis, il a déclaré vouloir prouver son innocence et a refusé de s’exprimer sur cette affaire avant le jugement qui approche à grands pas.

MHD face à la justice : jugé par la cour d’assises de Paris

MHD a fait son grand retour en musique en mai 2021 avec la sortie de son single « Afro Trap Pt. 11 (King Kong) », extrait de son troisième album « Mansa » qui est sorti en juin de la même année.

Bien que le rappeur ait toujours clamé son innocence depuis le début de l’affaire, des caméras de surveillance ont capturé la scène de la rixe mortelle, qui montre les auteurs de l’agression dans une voiture Mercedes louée au nom de MHD. Les images ont été utilisées comme preuve contre le rappeur, qui doit maintenant attendre le verdict de la cour d’assises de Paris.

À lire aussi :  Marwa Loud accusée de pratiques de sorcellerie sur Lartiste

MHD a nié être présent sur les lieux de l’agression malgré le fait que la voiture impliquée dans le drame lui appartienne. Son avocat soutient que le dossier qui pèse contre lui repose sur des preuves insuffisantes qui pourront être réfutées lors du procès.

Le rappeur sera jugé devant la cour d’assises de Paris du 4 au 22 septembre prochain pour homicide volontaire avec 8 autres accusés. En cas de culpabilité, il risque une peine de prison maximale de 30 ans.