Où en est l’affaire Moha La Squale ?

Moha La Squale, actuellement sous contrôle judiciaire, a été arrêté à Paris. Le rappeur a été interpellé alors qu’il descendait du train à Gare du Nord.

La police de la Brigade du réseau ferroviaire attendait Moha La Squale vendredi soir. Ils l’ont arrêté alors qu’il descendait du train provenant d’Essen, en Allemagne. De son vrai nom Mohamed Bellahmed, Moha La Squale est un rappeur français de 27 ans. En 2017, il s’était fait remarquer dans l’univers du Rap Français en postant plusieurs clips sur Facebook. Son premier album « Bendero » est sorti en 2018. « Bendero » deviendra platine six mois seulement après sa sortie. Il a sorti son deuxième album, « L’Apache », en avril dernier, mais il n’a pas encore fait table rase de ses histoires avec la justice.

Le 19 juin 2020, les faits qui lui sont reprochés lors de sa première arrestation sont « Refus d’obtempérer, outrage et rébellion ». L’arrestation filmée par des passants avait fait la une des journaux et des réseaux sociaux de l’époque. En raison de ces faits, il a été condamné à six mois d’assignation à résidence avec un bracelet électronique. Mais c’est en septembre 2020 que trois femmes l’ont accusé de violences et de séquestration. Le 16 juin 2021, Moha La Squale a été mis en examen pour « violences et agression sexuelle par conjoint, menaces de mort et séquestration ».

Moha La Squale n’a pas respecté son contrôle judiciaire

Dès lors, le rappeur ne respectera pas son devoir de contrôle judiciaire. Moha La Squale a été interpellé à Gare du Nord le vendredi 10 juin 2022 à 20h20. Alors qu’il débarquait du Thalys, il aurait été arrêté dans le cadre d’un mandat d’arrêt pour violation du contrôle judiciaire exercé sur lui. Bien qu’il clame son innocence depuis le début de l’affaire, il n’a pas respecté ses obligations. Silencieux depuis le début de l’affaire, il s’est exprimé sur Instagram en octobre 2021. Il a encore divisé les internautes en postant « oh la menteuse, elle est amoureuse ».

À lire aussi :  Médiapart accuse Booba et ses pirates de harcèlement en ligne